Editeur : Zulma (3/09/2015) Prix 18€ ISBN 9782843047244

Editeur : Zulma (3/09/2015)
Prix 18€
ISBN 9782843047244

Ma débute à la fin du XXème siècle dans un bar d’un quartier haut en couleur de Tokyo par cette phrase : « La marche à pied mène au paradis, il n’y a pas d’autre moyen d’y parvenir, mais il faut marcher longtemps.« 

Shoïshi, un vieux pélerin d’aujourd’hui, nous raconte l’histoire de Santoka, l’homme qui marche, haïkiste disparu en 1940.

Après la perte tragique de sa mère à 12 ans; entre autres infortunes, Santoka survit par miracle à l’abandon suicidaire et devient ce vagabond définitif en quête de liberté, moine mendiant en déambulation à travers les cinq îles principales de l’Archipel. La marche infinie, les haïkus tracés sur les sentiers perdus et le saké  donnent sens et goût à sa vie. « La solitude est bien le seul privilège de l’homme libre » [Santoka]

Hubert Haddad écrit ici la biographie rêvée d’un héros de l’esprit méconnu hors du Japon et à travers cette restitution onirique nous fait partager sa passion romanesque pour la culture nippone. Un vrai plaisir !

« La lumière d’automne diffractée en éventail par les biseaux des vitres jetait des aiguilles d’or sur le futon déployé le long d’un mur de livres. » [p38]

en pleine chaleur
que je pleure ou que je ris
toujours aussi seul

Haïku de Taneda Santoka [1882-1940]

Publicités
Lien | Cet article a été publié dans Littérature Française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s