janvier2014

« Qui saura, dans un avenir pas très lointain, ce que représentaient, pour des gens comme moi, les libraires et les librairies ? Ce qui signifiait, dans une ville, grande ou petite, le présence de ces lieux où l’on pouvait entrer dans l’espoir d’une révélation. Qui se souviendra de la façon paisible dont on pénétrait dans ces antres à l’odeur  de papier et d’encre ? De cette façon de pencher la tête pour déchiffrer un titre nouveau, puis un autre, des noms d’auteurs familiers ou inconnus, afin de glaner des indices et des signes vivant sur les couvertures claires? « Le seul vrai lecteur, c’est le lecteur pensif« . Qui se souviendra de cette façon de poser l’index au sommet de l’ouvrage pour le basculer en arrière, l’attirer à soi, l’ouvrir, le parcourir. Lire la quatrième de couverture. Debout, dans le bruit des pages tournées, découvrir les quelques mots qui paraissent s’adresser précisément à soi. L’inespéré noir sur blanc.Intime universel. Musique silencieuse. »

Extrait de La petite chartreuse de Pierre Péju.

Bonne et heureuse année 2014

Publicités
Cet article a été publié dans Accueil. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s