MORT A VENISE DE Thomas Mann (1875 – 1955)

venise10
Ecrivain au faîte de sa gloire, Aschenbach éprouve un besoin impérieux de dépaysement.
 « Où va-t-on quand on veut du jour au lendemain échapper à l’ordinaire, trouver l’incomparable, la fabuleuse merveille?« 
Après avoir hésité, et le questionnement est au cœur de cette nouvelle, il se décide pour Venise.
Le bouleversement qu’il y vit, à l’image du texte, est intériorisé et progressif, exprimé avec l’élégance d’un aristocrate en vacances. Il en émane, comme de Tadzio, le jeune homme dont Aschenbach s’éprend, une grâce subtile. Tout au long de son séjour à Venise, décor par excellence pour un récit qui hésite constamment entre immobilité et mouvement, l’écrivain se dévoile en un va-et-vient incessant du particulier au général, de la pensée à l’impression.
Grâce à un habile jeu de couleurs où le gris ambiant fait de Tadzio une figure solaire, Thomas Mann nous signifie que l’écrivain, en poursuivant l’adolescent dans les rues de Venise, ne fait que prolonger sa recherche artistique, qui trouve un terme dans la conscience de la dimension insaisissable et éphémère de son objet.
Film : Mort à Venise est un film franco-italien réalisé par Luchino Visconti, sorti sur les écrans en 1971.
Publicités
Cet article a été publié dans Littérature en langue allemande, Nouvelles, Un livre, un film, Venise. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s