LA VERITE SUR L’AFFAIRE HARRY QUEBERT de Joel Dicker (1985)

Affaire Québert

ISBN : 9782877068161
22 €
Editions de Fallois L’Âge d’Homme

Joël Dicker dit « Tout naît de l’envie d’écrire une véritable histoire ; l’envie d’emporter le lecteur, de l’arracher à son quotidien. Rendre au livre une grande qualité qui lui manque parfois : un moment de plaisir. Un livre long, mais qui se lise vite parce qu’on ne veut pas s’en détacher… ». C’est exactement ce qu’il a réussi à faire avec La Vérité sur l’Affaire Harry Québert.
Écrivain Suisse de langue française, il a séjourné à de nombreuses reprises aux USA. Pour lui, Newark, ville d’origine de création et de prédilection de Philip Roth,  est le berceau des lettres américaines et ce sera la ville de Marcus Goldman le héros de son roman, écrivain  en manque d’inspiration. D’autres thèmes sont empruntés à Philip Roth comme des clins d’œil à son mentor (ex : la boxe, le racisme, l’imposture…).
Joël Dicker a écrit un roman américain comme le décrit si bien Tanguy Viel dans La disparition de Jim Sullivan
Jusqu’au choix du tableau, View of Orleans de Hooper, qui illustre la couverture et achève l’idée de l’auteur en reflétant l’ambiance du livre, l’ambiance de l’Amérique .
En conclusion, une histoire à l’américaine mais aussi un roman gigogne qui fait la part belle aux mensonges et aux faux semblants : une belle imposture rappelant  La Tâche de Philip Roth.
Ce deuxième roman de Joel Dicker a reçu le Prix Goncourt des Lycéens 2012 et le Grand prix du Roman de l’Académie Française 2012.
Son premier roman, Les derniers jours de nos pères, a reçu le Prix du Roman des Ecrivains Genevois et une mention spéciale du Prix Erwan Bergot 2012.
 
Publicités
En passant | Cet article a été publié dans Littérature Française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour LA VERITE SUR L’AFFAIRE HARRY QUEBERT de Joel Dicker (1985)

  1. bibathee37008 dit :

    Livre remarquable. Se lit comme un polar. Vous ne lâcherez pas votre livre. Dans chaque chapitre des rebondissements assurés. Une écriture très bien structurée, fine, intelligente. Une maîtrise déconcertante, un vrai bonheur de lecture …
    Claudine

    • anne dit :

      Moi au bout de 50 pages, j’ai cherché le nom du traducteur… Et je me suis aperçue avec consternation que l’auteur était de langue française!
      Comment peut-on écrire « il enfile son chapeau »? c’est ridicule non?
      Ou parler d « un écrivain fantôme »…
      J’en passe… c’est un véritable festival.
      Pas pire me direz-vous que « il utilisait sa soeur comme cochon d’Inde » qui m’a laissée perplexe dans la biographie de Man Ray… En fait il utilisait sa soeur comme cobaye!!!! C’est mieux non? N’importe quel correcteur s’en serait aperçu.
      Bientôt, nous aurons le plaisir de lire « L’écrivain fantôme était le cochin d’Inde de l’éditeur. » Youpi!

  2. Un gros gros livre qui se lit très très vite…Parce que l’auteur réussit le tour de force de nous inciter sans arrêt à tourner les pages même si quelques fois ça se répète et que ce n’est pas toujours ni passionnant ni bien écrit, mais quand même on veut savoir…Fortiche !!! Bon livre de vacances qui ne me laissera pas de souvenir impérissable.
    Christine M.

  3. Ping : PLONGER de Christophe Ono-Dit-Biot (1975- | Blog librairie c'est la faute à Voltaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s